L’église Saint-Omer que nous connaissons aujourd’hui a été entièrement reconstruite entre 1889 et 1893, sous l’égide de Stanislas Masson, curé de Boisdinghem pendant 12 ans.

Après avoir fait rebâtir le presbytère en 1885 par Émile Libersalle, il demande à Henri Rapine, architecte parisien diocésain, de dresser les plans d’une nouvelle église pour Boisdinghem. Face aux montants élevés des devis, la paroisse fait l’économie d’un architecte, et les travaux sont financés par la fabrique, le curé, la vicomtesse de Melun, les paroissiens, la revente de matériaux de démolition, etc. Pour éviter d’avoir à soumettre le projet aux commissions laïques et religieuses, le curé ne mentionne que des « ravalements » du bâtiment existant !

Les travaux débutent en 1889 avec le choeur et la sacristie. Les pierres venant de Marquise et de Saint-Maximin (Oise) arrivent en gare de Lumbres, les ardoises anglaises sont acheminées par bateau et chargées à Calais. Le chevet plat du choeur devient à trois pans. En 1890-1891, la nef est élevée, des vitraux de la maison Bulteau-Goulet sont posés, d’autres viendront en 1901. En 1893, la tour est achevée avec un beffroi pour trois cloches, exécuté par Drouot.
Les deux années suivantes sont dédiées aux aménagements intérieurs :

  • chapiteaux
  • clés de voute
  • puis des statues commandées d’Arras

L’église est restaurée en 1948, après avoir été fragilisée par les bombardements de la Seconde Guerre mondiale, un chantier confié à Joseph Philippe, moine architecte de l’abbaye de Wisques.

L’église de Boisdinghem fait partie des reconstructions de style néogothique typiques de la fin du XIXe siècle, imitant les formes médiévales du XIIIe, à l’initiative de prêtres bâtisseurs finançant largement les chantiers.

Les conditions de sa construction en font un édifice très homogène et harmonieux, entièrement vouté en croisée d’ogives, fait rare dans nos campagnes. Le décor sobre à l’extérieur est plus affirmé à l’intérieur, avec ses clés de voute sculptées, ses chapiteaux à feuillage, sa piscine liturgique, ainsi que son mobilier néogothique du XIXe (chaire à dosseret, autels latéraux, tribune, confessionnal et maitre-autel à pinacles).

Médias

Nature des travaux

Mais ce beau patrimoine a aujourd’hui besoin d’une nouvelle restauration !


Devant l’effritement des parements de pierre du clocher et les lézardes observées dans la nef, la municipalité de Boisdinghem a demandé une expertise sanitaire de l’édifice à l’architecte Nathalie T’Kint, qui préconise de sécuriser en premier lieu les abords de la tour. Une première phase de travaux va donc consister en 2017 à rénover la balustrade et la flèche du clocher. Il s’agira plus tard de remédier aux désordres de la maçonnerie qui favorisent les infiltrations d’eau (charpentes, façades sud et ouest).

faire un don
et calculer vos avantages fiscaux

Vous bénéficiez d'une défiscalisation de: - €

devenez acteur
de la fondation du patrimoine

  • EGLISE SAINT OMER DE BOISDINGHEM

    Boisdinghem

  • EGLISE SAINT OMER DE BOISDINGHEM

    vue générale / Fondation

  • EGLISE SAINT OMER DE BOISDINGHEM

    détail clocher / Fondation